PDF Imprimer Envoyer Partager

     L’évolution des mentalités, des comportements, du contexte social et médiatique dans le domaine de la sexualité, ainsi les connaissances scientifiques liées à la maitrise de la reproduction n’ont plus de secrets pour les élèves. Toutefois, l’obscénité à l’école est le quotidien de quatre sur dix élèves. Celle-ci revêt plusieurs formes : la sexualité précoce, les grossesses précoces, l’indigence des parents, etc. 

    grossessesPar sexualité précoce, il faut comprendre qu’il s’agit d’un phénomène qui consiste à imiter les aînées dans leurs attitudes ; façon de parler, de s’habiller et voire de s’affirmer sexuellement. « C’est un phénomène très récurent dans les établissements scolaires. Il est fréquent chez les élèves de 6e en 4e. Ces élèves, sont habituellement surpris avec des revues pornographiques, des préservatifs, dans des salles de classe après les cours », explique Mme Bidjoka Hermine assistance sociale au lycée d’Anguissa.
    Quant aux grossesses précoces elles se vivent au quotidien. A partir de la puberté, le corps de la jeune fille subit des transformations suites aux quelles elle devient une femme capable de reproduire sexuellement. La grossesse précoce a un certain lien avec la situation sociale, qui peut aller avec un manque d’éducation en matière de reproduction et de comportements sexuels, l’absence de conscience propre à l’âge et à d’autres facteurs tels que la pauvreté, la crainte des parents. Tous ces facteurs, obligent parfois la jeune fille à se faire avorter. « L’année passée nous avons eu un cas d’avortement. Il s’agissait d’une élève de troisième qui, s’est retrouvée à l’infirmerie avec un fœtus prêt à sortir, après avoir ingurgité des comprimés à la maison. A ma grande surprise, la mère de jeune fille n’en revenait pas que lorsqu’elle a vu que sa fille pouvait avorter», Dit Mme Bidjoka Hermine.
    De plus l’indigence des parents : la situation financière des parents, est un atout pour l’éducation des enfants .Etant donner que, c’est grâce à cet argent qu’on peut s’offrir des fournitures scolaires. La précarité des sous dans certains foyers, déstabilise souvent l’élève et le mène à commettre des dégâts. « Il y a des élèves dans cet établissement qui refuse de suivre les cours à cause de l’insuffisance des fournitures scolaires»
    Pour ne citer que cela, voilà à quoi ressemblent nos établissements scolaires

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir