PDF Imprimer Envoyer Partager

Ils se posent des questions.


lyce bilingueEn cette période, c’est la question qui hante les élèves inscrits en classe d’examens. L’on se  croirait dans un film d’horreur. Plus le temps passe, plus cette question obsède leurs esprits. Depuis la remise des carnets de notes du 2nd trimestre, les élèves des classes d’examens défèrent la chronique dans les sites d’informations pour élèves du secondaire. A quelques jours des examens officiels, et à une période très stratégique d’une année scolaire en cours, ils doivent se faire violence  en allant à l’école. Pour venir en aide aux élèves, les établissements scolaires ont prévus quelque chose pour ces deux semaines de congés. Au lycée classique de Mfou, nous avons des sections intensives, au lycée de Biyem-assi, les cours se poursuivent et au collège Victor Hugo, nous retrouvons des révisions et des devoirs surveillés.

A l’approche du 3ème trimestre, Nombreux sont ceux qui ont des nuits d’insomnie. Car réputé d’être le trimestre le plus court, les élèves sont contraint de se mettre dès présent au travail. D’aucuns sont perplexe sur la question. A seulement quelques jours, Ils ne sont  pas encore sûr d’eux  «  pour l’instant, je ne suis pas encore prêt à affronter cet examen », explique, Gilbert Gweth, élève en classe de Tle  au collège privé le savoir de Biyem-assi ». Tandis que d’autres se sentent encore embarrassés, certains candidats n’ont ce problème. Ils se sentent déjà apte à surmonter cette épreuve. « C’est vrai qu’il aura toujours des choses à apprendre, mais je ne suis prêt », affirme, Paul Essomba élève en classe de PD.

A l’heure où tout devient plus difficile pour ces élèves, les promoteurs des cours particuliers essaient au maximum de leur venir en aide. Chaque jour, depuis lundi dernier, les élèves font des allées et retours dans ces centres. « Nous avons en moyenne une vingtaine d’élèves. Nous programmons les cours en fonction du timing  de chaque enseignant. Il peut arriver que les élèves viennent au centre deux fois par jours  mais rares sont les cas », explique le responsable d’un des centres de répétitions. Il est l’heure  de mettre le pied sur l’accélérateur. Certains élèves ont compris  de surcroit,  D’aucun sont déjà sur  d’eux. N’attendez plus, mettez- vous au travail.

                

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir