De l'Histoire au Droit PDF Imprimer Envoyer Partager
Note des utilisateurs: / 0
MauvaisTrès bien 

De l'Histoire au Droit

 

Nzouabet Tchatat Narcisse: "J'ai mis au point un fascicule édifiant sur notre histoire"

 

Aulycee : Pensez-vous votre parcours en cohérence avec votre profession ?

 

Nzouabet T.N. : Non, mon parcours est loin d’être cohérent avec la profession que j’exerce aujourd’hui.

 

Aulycee : Pourquoi enseignez-vous la matière Histoire aujourd’hui ? Est-ce en réalité votre vocation ?

 

Nzouabet T.N :j’enseigne cette matière aujourd’hui faute d’avoir trouvé mieux. La profession d’enseignant est ma vocation mais plutôt au supérieur. Je suis en effet titulaire d’un DEA en droit et je prépare une thèse de doctorat.

 

Aulycee : Quelle est votre vision sur l’enseignement de cette matière au Cameroun ?

 

Nzouabet T. N : Beaucoup de personnes ignore l’importance de l’histoire, c’est pourquoi on constate très peu d’intérêt aujourd’hui, à tort, porté à cette discipline.

 

Aulycee : Quelle est d’après vous la perception des élèves et des parents de l’enseignement de l’histoire ?

 

Nzouabet T.N : Plutôt une bonne impression au regard du caractère accrochant des enseignements.

 

des élèves IBB

Des élèves de l'Institut Baudelaire Bilingue près de la cantine scolaire à la pause 

 

 

Aulycee : A votre avis que faut-il faire pour améliorer la qualité de l’enseignement et que faites-vous à votre niveau pour y contribuer ?

 

Nzouabet T. N. : Créer et équiper des bibliothèques pour faciliter la recherche, inscrire au programme des livres qui reflètent plus les réalités nationales, refondre les programmes scolaires aujourd’hui trop surchargés par des leçons dont l’utilité n’est pas toujours avérée. A mon niveau, j’ai mis au point un fascicule assez édifiant mettant en relief des textes phares de notre histoire, des personnages historiques, des scènes mémorables etc.

 

Aulycee : Avez-vous une anecdote à nous raconter concernant l’exercice de votre travail au quotidien ?

 

Nzouabet T.N : J’ajouterai juste que l’enseignement est une profession ingrate, ne rémunérant pas son homme à sa juste valeur.

 

Propos recuellis par Amelie Laure KEMOUO

 

Mise à jour le Vendredi, 21 Février 2014 16:09